Frédéric Couture – Pourquoi suis-je Progicien?

 C’est fou ce qui se passe chez Progi ces temps-ci. J’aime ça, le plan de match de l’entreprise est ambitieux, l’environnement de travail est super et c’est définitivement une équipe le fun.

Frederic Couture

 

Je travaille chez Progi depuis 2011 et c’est une expérience agréable. J’ai parfois à m’absenter pour mes études et chaque fois que je reviens, j’ai le sentiment de rentrer chez moi. Les gens sont tellement accueillants. C’est comme une famille.

Je conjugue l’évolution de mon entreprise (A/Just) avec mon travail chez Progi et mes études en comptabilité.

J’ai toujours eu la fibre entrepreneuriale. Avec trois autres partenaires, nous gérons la marque de vêtements A/Just. C’est encore une petite opération, mais de grandes choses sont devant nous. Si nos prévisions sont bonnes, nous serons distribués dans 15 boutiques dès l’automne.

En plus d’A/Just, je fais partie de l’équipe du service à la clientèle chez Progi et c’est un beau défi. Chaque jour, j’y perfectionne mon anglais, mon sens de l’organisation et mes compétences en négociation.  

C’est un endroit parfait pour travailler. Les gens y sont respectueux et plaisants. Inévitablement, les nouveaux membres de l’équipe se sentent accueillis et épaulés.

Chez Progi, on travaille fort et nous sommes bien récompensés : il y a des fruits frais dans les salles communes, une terrasse avec un BBQ sur le toit, des activités à profusion et j’en passe.

Ici, tout le monde joue son rôle et a envie de le faire. C’est ce qui fait que nous créons des produits audacieux et innovateurs. Depuis notre déménagement au centre-ville, les gens commencent à jaser parce que nous sommes plus visibles. Ça ne sera pas long avant que tout le monde découvrent que c’est la place où aller porter son CV à Trois-Rivières pour ceux qui veulent travailler en technologie de l’information.

Je suis Progicien et je crois que la définition de ce mot est : faire partie d’une équipe en feu!

–        Frédéric Couture

Cet article est publié dans Progi.

Les commentaires sont fermés.