Jonathan Milot – Pourquoi suis-je devenu Progicien ? –

Jonathan Milot, employé chez Progi à Trois-Rivières.

 Je viens du domaine de la vente. J’ai fait le tour des entreprises comme  Red Bull, Labatt, Molson Coors. J’avais de bons résultats mais il n’y avait pas de  passion dans ce que je faisais.

 La vente est un milieu traditionnel moins évolutif et collaboratif que les  TI. En techno, on ne s’ennuie pas, ça bouge tout le temps. C’est très  stimulant pour ma créativité.

 Mes expériences de travail et académique (HEC) ont fait en sorte que je  souhaitais rediriger ma carrière vers les technologies de l’information. Je  voulais faire changement. C’est là que j’ai trouvé Progi.

 Je les ai rencontré dans un Salon TI à Montréal ce printemps.  Ils étaient dynamiques, ouverts et sympathiques. Je me suis dit : si toute l’équipe est comme ça, c’est gagnant.

Après les avoir vu au salon, je n’ai pas pris la peine de rencontrer tous les exposants.  Je suis parti quasiment tout de suite après, j’avais le pressentiment que ça se passerait bien !

“Je viens du domaine de la vente et j’ai redirigé le tir comme analyste fonctionnel. C’était un acte de foi. Heureusement, chez Progi, tout de suite, on m’a fait confiance et on m’a mis en valeur.

J’ai fait les entrevues et tests d’analyse fonctionnelle et c’est là que je me suis rendu compte que j’aimerais non seulement le travail d’analyste fonctionnel mais aussi l’entreprise qui me donnait cette opportunité dans le monde excitant des TI.

J’ai fait le pari de changer de carrière et de choisir Progi et je n’ai pas été déçu. C’est une organisation « sur la coche » qui valorise le travail d’équipe. C’est super motivant car les Progiciens adorent ce qu’ils font. Les gestionnaires sont flexibles, je ne me suis jamais retrouvé devant une porte fermée et j’ai tout l’appui dont j’ai besoin.

Ce changement est important pour moi. Je crois tellement en Progi que j’ai abandonné Montréal pour Trois-Rivières et vous savez quoi ? Ma copine et moi, nous adorons l’endroit. C’est comme un retour aux sources. Ma famille proche vient du coin.

Il y même une terrasse sur le toit et une table de ping pong ! Que demander de plus ?

Je suis Progicien et je me suis trouvé un travail passionnant. Tous les programmeurs du coin de Trois-Rivières et d’ailleurs devraient se donner la chance de découvrir Progi.

– Jonathan Milot

Cet article est publié dans Nouvelles de l'industrie, Progi.

Les commentaires sont fermés.