Mylène Tremblay — Pourquoi suis-je Progicienne ?

Mylene Tremblay

Parce que j’avais un attrait pour l’humain, j’ai poursuivi un baccalauréat en relations industrielles à l’Université Laval. Pendant mes études, j’ai eu un premier contact avec le milieu des technologies de l’information lors d’une visite d’entreprise chez Ubisoft. J’ai tout de suite apprécié la façon dont cette industrie se démarque dans son approche de l’environnement de travail. Ils favorisent l’humain, l’ambiance et la qualité de vie quotidienne. Je considère que c’est une bonne méthode d’aborder la vie professionnelle.

J’ai été étonnée de trouver ce type d’entreprise à Trois-Rivières. J’effectuais un retour dans la région pour retrouver ma famille et mes amis ainsi que pour lancer ma jeune carrière. Un poste en relations humaines était ouvert pour combler les vacances estivales. Je savais que Progi représentait une occasion en or pour moi.

Aujourd’hui, je suis devenue conseillère en relations humaines pour l’organisation. Le fait que l’équipe des relations humaines soit relativement petite me permet de grandir professionnellement, car je peux toucher à toutes les facettes de mon métier. La directrice des relations humaines est un coach professionnel extraordinaire pour moi. Elle m’aide à me développer quotidiennement.

Chez Progi, l’environnement de travail est amical, la volonté de collaborer des Progiciens est toujours au rendez-vous. Ce n’est jamais gênant de poser des questions.

L’entreprise évolue à une vitesse impressionnante. Il y a un an ou deux, Progi était pratiquement inconnue. Elle est maintenant devenue un sujet d’actualité et un leader de son industrie. Chaque mois, de nouveaux visages s’ajoutent à notre équipe et notre croissance va bon train.

Je m’appelle Mylène Tremblay, et les raisons pourquoi je suis Progicienne sont simples ; l’équipe est cool, le milieu de travail est cool, le quartier général est génial et c’est l’endroit rêvé pour évoluer en tant que professionnelle dans la région.

Cet article est publié dans Progi.

Les commentaires sont fermés.